Affaire Montcharmont : au-delà du mythe…

« L’affaire Montcharmont » est bien connue en Morvan. Ce forgeron et braconnier de Saint-Prix, guillotiné pour avoir tué un gendarme venu l’arrêter et assassiné le garde champêtre du village est considéré depuis toujours comme un héros, défenseur des sans-grades face aux notables locaux et à l’aristocratie terrienne, d’autant que les conditions de son exécution lui ont valu le soutien du grand Victor Hugo et de son fils Louis. Lire la suite

Le monument aux morts d’Asquins

Une érection contestée

L’édification d’un monument commémorant une victoire militaire remonte à la plus haute antiquité. Les Romains élevaient des arcs de triomphe consacrés à un consul victorieux puis à un empereur pour glorifier et pérenniser le souvenir de ses conquêtes. Napoléon 1er élèvera deux arcs de triomphe à Paris. Lire la suite

Dun-les-Places

Photos de Yvon Letrange

Murus gallicus

Le rempart de terre, de pierre et de bois de l’âge du Fer

A l’occasion du siège d’Avaricum en 52 av. J. -C., César décrit le type de rempart qui protège les Gaulois de ses assauts  : « voici quelle est à peu près la forme de tous les murs gaulois : des poutres perpendiculaires, se suivant sans interruption sur toute la longueur du mur, sont posées sur le sol à un intervalle uniforme de deux pieds l’une de l’autre. Elles sont reliées les unes aux autres au-dedans et recouvertes d’une grande quantité de terre ; les intervalles dont nous venons de parler sont, sur le devant, garnis de grosses pierres. Ce premier rang ainsi formé et consolidé, on en ajoute un second par-dessus, en gardant toujours le même intervalle, de manière que les poutres ne se touchent point et que chacune repose sur la pierre exactement intercalée entre chaque rang  ; et ainsi de suite : tout l’ouvrage est continu jusqu’à ce que le mur ait atteint la hauteur voulue. Ce genre d’ouvrage, avec l’alternance de ses poutres et de ses pierres, offre un aspect dont la variété n’est pas désagréable à l’œil ; il a surtout de grands avantages pratiques pour la défense des villes, car la pierre défend du feu, et le bois, des ravages du bélier, qui ne peut ni briser ni disjoindre une charpente de poutres, attachées en dedans l’une de l’autre, qui ont d’ordinaire quarante pieds d’un seul tenant » (Guerre des Gaules, VII, 23). Lire la suite