Le Douglas en Morvan : un idéal controversé

Suite au sabotage d’une plantation de Douglas dans le Morvan, au mois de mars, la polémique a été relancée : le Douglas nuit-il à la biodiversité ? En effet, cette essence est de plus en plus présente et nettement prisée par les forestiers, en particulier dans le Parc naturel.

Certes, cette essence comporte des inconvénients, mais également des avantages qui ne sont pas négligeables dans la filière bois d’aujourd’hui. Il existe des solutions pour redresser la réputation de ce géant des forêts, et contenter, écologistes, élus et forestiers.

La répartition en chiffres

Il faut tout d’abord savoir qu’en France, les feuillus dominent avec 67% avec le chêne en essence dominante, les résineux, eux, occupent 22% avec une grande diversité de bois tels que le pin maritime, le pin sylvestre, le sapin, l’épicéa et bien sûr le douglas, les 11% du reste représentant des peuplements mixtes.

[box]

Extrait d’un article paru dans Vents du Morvan 55. Si vous désirez vous procurer ce numéro, cliquez ici ou bien abonnez-vous.

[/box]

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *