Le Conseil Associatif et Citoyen

Le 12 octobre 2013, s’est réuni au Parc du Morvan le premier CAC (Conseil Associatif et Citoyen) nouvelle formule.

A l’image du Conseil scientifique, le CAC est une organisation sans personnalité morale, d’expression associative et citoyenne permettant d’éclairer, par ses contributions sur des sujets d’actualité et/ou proposés par le Parc, les débats et décisions des élus du Syndicat mixte.

Il réunira, au-delà des membres du GLACEM (associations et citoyens), membres de droit[1], des représentants d’associations territoriales organisées auprès des Pays et des Communautés de communes[2] et des associations dont l’audience s’exerce à l’échelle du Morvan, quel que soit leur champ de préoccupation (dès lors qu’elles ne sont pas déjà membres du GLACEM)[3] et d’éventuels invités spécialistes du thème abordé (techniciens du Parc etc.)

Le CAC doit avoir une influence sur les décideurs publics du Morvan et, en premier lieu, le Syndicat Mixte du Parc.

[1] Académie du Morvan, la Morvandelle, Autun Morvan Écologie, Artisans Bois Morvan, Morvan Terroirs, Mémoires vives, UGMM, Mémoire de Dun, Mémoires vivantes de Quarré, la P’tite École, CEAM, ADRET Morvan…

[2] Conseils de développement des quatre Pays, Comités de territoire des Communautés de communes de la Nièvre, représentants des associations partenaires des autres Communautés de communes, centres sociaux…

[3] Maison du Tourisme, Vélo Morvan Nature, Tourisme en Morvan, Morvan Tourisme, Associations des producteurs de sapins de Noël, MPO, SHNA, ARORM, Coopérative des savoirs, Pagayez Morvan …

Rôle du GLACEM

Le GLACEM est le « Conseil des associations » tel qu’évoqué dans la charte du Parc. Il représente officiellement (statuts du Syndicat Mixte) les associations du Morvan au Bureau (2 délégués) et au Comité Syndical (5 délégués) du Parc. Il bénéficie de l’emblème du Parc avec l’intitulé « association partenaire ». Lucienne Haese, Vice-Présidente du GLACEM est désignée par l’association comme référente GLACEM.

Rôle du Parc

Le Parc a désigné Christian Guyot, premier Vice-Président du Parc, pour représenter le Syndicat Mixte aux réunions du CAC.

Le Parc assure la logistique en ce qui concerne les réservations de salles et les opérations de secrétariat. Les convocations et les comptes rendus de réunions sont assurés par le Parc (directeur et secrétariat du Parc).

Rôles communs

Il est souhaité que ce ne soit pas le seul Parc qui suggère les thèmes à aborder lors des réunions, mais que les membres du CAC proposent également des thèmes à débattre. Aucun « tabou » ne doit être mis sur ces débats.

L’ordre du jour des réunions (2 à 3 par an) est établi conjointement entre le GLACEM et le Parc, sur proposition de l’un ou de l’autre des deux partenaires, ou à la demande des membres du CAC.

Le CAC permet la liaison et la circulation des informations entre les élus du Parc et les associations et citoyens.

Compte rendu des premières discussions

– Le Parc : une entité légitime pour porter ce projet ?

Le Parc est un « Pays » de fait : il a vocation à être l’ensemblier des actions publiques sur le Morvan. Il a légitimité pour impulser, coordonner.

Pour cela, il faut affirmer le sentiment d’appartenance des habitants à leur Parc, dépasser l’impression de certains d’un « Parc nivernais ».

Il faut construire une mémoire, un présent et un futur collectifs, un récit.

Les collectivités du territoire sont trop divisées, « concurrentes », pas assez solidaires de l’action du Parc.

Le Parc permet de donner une image positive du territoire.

« Le magazine du Parc commence à devenir un bon vecteur de communication mais il n’analyse pas assez les enjeux du territoire ».

Vents du Morvan, par une rubrique « actualités du Parc » peut contribuer à cela.

Le projet de territoire.

Pour sa mise en œuvre, il est indispensable que tous les acteurs publics du territoire se l’approprient, le déclinent à leurs niveaux.

Les membres du CAC font part de leurs inquiétude sur cette mise en œuvre par les autres acteurs que le Parc.

Il est souhaité que le Parc diffuse des informations aux prestataires touristiques sur les normes nouvelles de classement, sur les aides possibles, et engage une action sur la reprise/transmission des entreprises touristiques.

L’autonomie énergétique est un objectif intéressant pour le Morvan.

Il est important que les travaux du Conseil scientifique du Parc et du CAC soient connus des habitants.

Il faut inventer de nouvelles formes du débat, de la participation citoyenne à la réflexion, mais aussi à l’action.

Les centres sociaux ne doivent pas être considérés seulement comme des relais mais doivent participer à la construction du projet et à sa mise en œuvre.

Principales remarques

Le Parc a élaboré jusqu’à maintenant un ensemble de repères économiques et environnementaux pour les gens qui vivent en Morvan. Il voudrait aujourd’hui privilégier la concertation, un temps d’échange avec les citoyens  (cf. les 4 rencontres autour du thème de la forêt).

Le GLACEM, Groupement de Liaison des Associations Culturelles et Économiques du Morvan a pour objectif de dialoguer avec les associations du territoire, de mettre en place différentes formes d’échange.

Le CAC est une force collective pour concrétiser des actions comme la préservation de la biodiversité et la restauration du patrimoine naturel. Un projet de territoire pour le Morvan (2014-2020) doit être la feuille de route du CAC, des citoyens, des associations économiques, environnementales et culturelles, des institutions, des entreprises, des élus , des pays et des communautés de communes.

Il manque au Parc des moyens pour traiter du quotidien des habitants, ce qui leur permettrait d’être peut être, mieux compris. « le Parc ne se soucie pas de l’habitant ». « Le Parc, ce n’est pas la Maison du Parc à Saint-Brisson ».

Idées pour les moyens à mettre en œuvre

– organiser des rencontres-débats avec les habitants en faisant appel à des intervenants porteurs d’expériences locales et extérieures  (cf les rencontres sur la forêt et le bois),

– assurer une complémentarité dans l’information écrite entre le Magazine du Parc et Vents du Morvan (illustration des actions engagées, rubrique « actualités du Parc » dans VdM…),

– mieux penser les réseaux d’échange d’info entre le site du Parc et ceux des composantes du monde associatif et entre ces dernières.

– mieux informer les acteurs opérationnels du Parc (exemple donné, les informations pour les prestataires du tourisme sur les normes, les aides, l’accompagnement des professionnels),

– mieux faire connaître (« vulgariser ») les travaux des instances du Parc, rapports et spécialement travaux du Comité Scientifique.

D’une manière générale, l’accent a été mis sur une meilleure perception du rôle du Parc, sur la nécessité d’inventer de nouvelles formes de débat, de la participation citoyenne à la réflexion, mais aussi à l’action.

Pour ce faire, le premier objectif proposé a été de mieux faire connaître le projet de territoire   « Une autre vie s’invente ici : » et de coopérer à sa mise en œuvre ; des thèmes d’actualité ont été présentés ; le Plan énergétique, les actions en faveur des produits locaux, les relations entre paysage, biodiversité et pratiques agricoles et sylvicoles…

En complément à cette démarche d’appropriation du projet de territoire, la nécessité a été soulignée de prendre en compte la dimension sociale de la vie sur le territoire, notamment les problèmes que rencontre une partie de la population du fait de la précarisation des conditions de vie.

Suites ….

Il est demandé aux participants, par retour du compte-rendu, de proposer, pour 2014, des thèmes de réflexion, débats à soumettre au CAC.

Il faut éviter le « Au Parc, ça cause de trop ! » en faisant au territoire, et au Parc en particulier, des propositions concrètes.