D’improbables rencontres cheminent en Haut-Morvan

Bois-du-Roi, le 4 septembre 2014 : 17h30-18h30

Au cours des mois de septembre, mes présences en Morvan s’accélèrent.
Entre les perspectives de fermeture prochaine de la pêche à la truite, la cueillette des champignons, le ramassage des mûres, une grande cure des senteurs et couleurs pré-automnales du Morvan s’impose.

Le quatre septembre 2014, mes diverses escapades me conduisirent en fin de soirée, avant de rentrer dans mon Bourbonnais adoptif, à l’Étang de la Goulette, situé à 2 km sur le versant sud-est du massif du Haut-Folin et qui dégage un charme si particulier. Vous est-il advenu de ressentir qu’un certain jour pourrait n’être (naître) pas tout à fait comme les autres ?

Qu’en un lieu magique, dans une saison palpitante, à une heure délassante vous croiseriez, par un hasard mystérieux, tout près des cimes du Morvan, des êtres rares comme confondus en correspondances subtiles aux émotions de l’univers ambiant ?

À 17h30, ce 4 septembre m’approchant de la digue de l’étang de la Goulette quel ne fut point mon ébahissement de voir s’agiter sur la rive droite deux hérons comme charmés par une présence féminine. Ma curiosité me fit aller à la rencontre de Gwénaël Le Boulluec. En vue d’une animation sur ce site avec les Centres Sociaux de la ville d’Autun, elle était en repérage.

Voici bien une artiste demeurant depuis 5 ans en Morvan dont les créations partagées à base de matériaux naturels méritent un clin d’œil de Vents du Morvan.
[box]

Extrait d’un article paru dans Vents du Morvan 54. Si vous désirez vous procurer ce numéro, cliquez ici. Vous pouvez également vous abonner ici.

[/box]